RETOUR
aux
CHRONIQUES
Poésie...

Ode à Boussy St. Antoine
Auteur :Ph.D
Ode à Boussy St. Antoine
C'est une petite commune à la pointe de l'Essonne,
Où il y fait bon vivre, où les arbres frissonnent
En la ramée si proche de la forêt de Sénart,
Où, glissant sur l'onde, plumes colorées, des canards
Cancanent sur l’Yerres, parmi roseaux et nénuphars.

Les âmes de cette ville se nomment aujourd’hui « Buxaciens »
Ce beau nom surprenant nous vient des temps anciens
Où le buis buxacea, ornait les jardins.
De son bois jaune et dur, les luthiers et forains
En faisaient pipes, violes, pour le chant des musiciens.

Terre d’histoire où de religieuses communautés
Ont successivement dans ces lieux, habités.
Sainte Geneviève Paris, bénédictines de Saint Pierre,
Puis, Saint Antoine, riche abbaye hospitalière,
Changeant en « Boussy-St-Antoine », Boussy-St-Pierre.

En feuilletant l’album des cartes postales jaunies,
Mon regard est attiré par ces images ternies,
De l’époque où l’Essonne s’appelait Seine et Oise.
« Grande rue » des femmes se saluent d’une manière courtoise.
Les prix de la boutique sont inscrits sur ardoises.

Là des lavandières battent le linge au vieux lavoir,
Un timbre rouge, comme dans un tableau de Renoir
Ponctue la grisaille et donne du relief à l’image.
On retrouve des moulins dans tous ces paysages
Et des chevaux s’abreuvent dans l’eau de leurs barrages.

  En ces temps anciens, l’on construit avec entrain
Ces moulins: Breuil, Jarcy, Rochopt, pour moudre le grain.
Mais sur la carte jaunie, ce dernier délabré,
« Vieux moulin de Rochopt » est-il baptisé.
Le temps passe… Et l’image est là pour le montrer.

En ballade dans Boussy, le randonneur réjouit
Admire ponts à arcades, église et s’extasie
Devant tant de sérénité, près de Paris.
Mais cette paisible cité est loin d’être endormie !
La vie bouillonne dans ses nombreuses académies.

Aujourd’hui, garder son patrimoine, l’embellir
C’est garder nos racines, construire nos souvenirs.
L’histoire de notre cité nous incite à penser
Que cette terre, sources de vie, doit être préservée
Pour qu’elle soit le reflet de notre humanité.

Un historien célèbre dit ces mots pertinents
« L’ignorance du passé nuit à la connaissance du présent
Et compromet, dans le présent, nos actions même.»

Cette citation de Marc Bloch, finit ce poème.
Elle doit figurer en lettres d’or sur notre emblème.