RETOUR
aux
CHRONIQUES
Poésie...

Le bout du monde
Auteur :Geneviève COMTE
Le bout du monde
Où est-il, le bout du monde ?
Le bout du monde est en Bretagne
Perché sur les ajoncs courbés et jaunis
Où chantent les hirondelles de mer.
Où est-il, le bout du monde ?
Le bout du monde est dans les Landes
Où les dunes frissonnent sous le vent,
Déplaçant grain par grain
La côte mangée par l'océan.
Le bout du monde est en Australie
Dans le Tnorala qui saigne encore
De la blessure d'une météore,
Rouge, enflammé, et pour toujours stérile.
Où est- il, le bout du monde ?
Le bout du monde est en Cornouailles
Gravé dans les murs de granit
Où s'incrustent les mousses verdies.
Dans la violence du marché d'Adjamé
Où tremblent les cris des mutins en colère,
Et le marigot de la forêt de Banco
Chaque jour entend le chant des fanicos.
Le bout du monde est en Normandie
Dans les flancs rebondis des vaches aux yeux de biche :
Elles élaguent d'une bouche gourmande
Dans l'herbe grasse les pommiers rabougris.
Le bout du monde est en Antarctique
Ceinturé d'un anneau glacial
Et découpé en parts comme un gateau convoité.
Où est-il, le bout du monde ?
Le bout du monde en Sibérie :
Quelques épicéas et pins tordus
Se plaignent de douleur
Dans les sphaignes rougies.
Les favelas de Rio, au bout du Nouveau Monde,
Grimpent comme des lierres sur de vieux troncs,
A l'assaut des instables collines,
Énormes termitières que l'eau fait s'écrouler.
Il est où, le bout du monde ?
Tout autour de la terre et dans les nuées du ciel ?
Dans les étoiles inaccessibles
Ou sur le chemin de l'école ?
Il est où, pour celui qui navigue
Une année sur un frêle bateau ?
Pour celle qui ne veut plus se lever ?
Au fond d'un verre toujours vidé ?
Il est où, le bout du monde,
Pour ceux qui ne savent pas déchiffrer ,
Quand les mots sont des rébus ?
Il est où ?
Le bout du monde
Au bout du chagrin,
Au bout des paroles ravalées,
Au bout des gestes oubliés ?
Le bout du monde est au bout de la vie,
Le dernier souffle, le dernier râle,
Un océan inconnu à traverser,
Le bout du monde.....
La poésie de Geneviève.  mai 2017
Le Blog de Geneviève