RETOUR
aux
CHRONIQUES
HISTOIRE...

LA NAISSANCE DE LA RANDOTHÈQUE
Auteur : G.E.
Aujourd’hui, en 2014, la documentation concernant la randonnée pédestre est aussi abondante que variée. Mais il n’en a pas toujours été ainsi : par exemple, il y a 40 ans et plus, si nous disposions des topoguides relatifs aux GR, l’heure n’était pas encore venue pour les descriptifs des GRP et encore moins des PR ou autres circuits locaux.

On randonnait donc sur les GR, entre un départ A et une arrivée B, ce qui consistait pour nos randonnées avec co-voiturage, à déposer au point A nos randonneurs/randonneuses, puis à amener toutes les voitures au point B d’arrivée et, enfin, de ramener tous les chauffeurs (dans un minimum de voitures) de ce point d’arrivée B de la randonnée à son point de départ A. Là seulement pouvait démarrer la randonnée proprement dite.

On peut imaginer l’impatience de ceux/celles déposés au point de départ A en attendant le retour des chauffeurs revenant du point d’arrivée B, notamment les jours de pluie ou dans le vent ou le froid de l’hiver.

GE a vécu cette époque avec le Rando Club Yerrois (RCY) qui n’était alors qu’une antenne, une section sportive du CEC de Yerres. Mais alors, pourquoi ne pas faire des parcours en boucle de telle sorte qu’on laisse les voitures à un point de départ de la randonnée et qu’on les retrouve après la randonnée de la vingtaine de kilomètres habituels ?. En consultant les topoguides et les cartes IGN, GE établit le premier circuit en boucle pour le RCY : au nord le GR11 (GR111) passe à l’aérodrome de Buno-Bonnevaux, au sud le GR1 qui mène à Malesherbes ; il restait à boucler l’est par Le Vaudoué, l’ouest et une partie du nord par des chemins non balisés. La première boucle de 20 kilomètres était née sur le papier mais son inauguration fut une catastrophe : c’était en Novembre après et pendant une période pluvieuse et les chemins notamment non balisés étaient fortement boueux et souvent défoncés par les tracteurs qui avaient récemment labouré les champs avoisinants. La colère fusa 5 Km avant d’arriver au Vaudoué terme de la randonnée et GE se souvient de Jeannette M. lui lançant : « Moi, je prends la route, tu nous emmerdes avec tes boucles ».

Mais les boucles avaient le vent en poupe et GE en surlignait quelques-unes pour le Rando Club Yerrois et, bientôt à partir de Mars 1984, pour les Randonneurs Buxaciens. Un collègue des Mille Pattes de Quincy alors membre du Comité Directeur de l’Essonne (CDRP 91) devait présenter ces boucles audit Comité et, après quelques difficultés avec le président du CDRP 91 qui craignait un surcroît de travail, GE était chargé d’établir une collection de circuits en boucle d’une vingtaine de kilomètres qu’on devait appeler « Randothèque »

Aidé par son copain Claude Quermelin, en Mars 1998, une première collection de 114 circuits en boucle était distribuée à tous les clubs de randonnée de l’Essonne et chaque année, lors de l’assemblée générale du CDRP de l’Essonne , la Randothèque était tenue à jour, c’est-à-dire que tous les clubs du département recevaient les modifications de parcours intervenues dans l’année sur les circuits déjà distribués ainsi que les nouveaux circuits.

Cette procédure devait durer jusqu’en 2010, le CDRP 91 s’orientant alors vers la numérisation de certains parcours de la Randothèque qui comportait à ce moment quelque 180 circuits en boucle couvrant un secteur allant de la forêt de Rambouillet à l’ouest jusqu’à Provins au nord-est en passant par le sud de l‘Essonne et la Seine-et-Marne. Néanmoins, la Randothèque devait perdurer localement, ladite procédure étant poursuivie pour les deux clubs, le RCY et les Randonneurs Buxaciens.

En outre, parallèlement à la Randothèque, pour leurs besoins personnels et ceux du RCY, les Randonneurs Buxaciens ont constitué une collection qui regroupe, en 2014, 55 parcours de 6 à 8 Km et une autre de 97 circuits de 10 à 14 Km permettant de répondre aux différentes capacités de randonner de leurs adhérents/adhérentes.